vendredi 31 mars 2017

LA PATIENCE EST NECESSAIRE POUR GRANDIR EN ESPRIT


GUIDE DE PREDICATION

DIMANCHE 02 Avril 2017

 Thème : LA PATIENCE EST NECESSAIRE POUR GRANDIR EN ESPRIT

 Textes : GENESE 15:1-6  ; JACQUES 1:1-7

 I - INTRODUCTION
II – DEVELOPPEMNT

A-   Comprenons le thème

La patience est une vertu qui consiste à endurer avec constance et résignation, les évènements malheureux, les épreuves.
C’est la qualité d’une personne qui sait attendre dans le calme. C’est aussi la résignation courageuse devant les maux; c’est le calme et la modération devant les ennuis.
Dans la Bible, c’est l’une des neuf caractéristiques du fruit de l’Esprit. (Galates 5 :22)

.. Le thème Pourrait signifier : Le calme constant (ou la modération) devant les épreuves est nécessaire pour se hisser à un haut degré dans l’intimité de Dieu.


 B - Observation des textes

Le premier texte, Genèse 15 :1-6, dit que l’Eternel s’adressa à Abraham dans une vision et lui dit : « Ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande ».
Abraham se plaint de ce qu’il n’ait pas de postérité pour être son héritier. L’Eternel lui renouvelle sa promesse. Il le conduit dehors et lui demande de compter les étoiles du ciel, s’il le peut. Telle sera ta postérité lui dit-il.
Abraham eut confiance en l’Eternel qui le lui imputa à justice.
Dans Jacques 1 :1-7, L’apôtre conseille aux douze tribus qui sont dans la dispersion, de regarder comme un sujet de joie les diverses épreuves auxquelles ils peuvent être exposés parce que l’épreuve de leur foi produit la patience. Il souligne qu’il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre afin qu’ils soient parfaits et accomplis sans faillir en rien. Pour cela, la sagesse est nécessaire. Il convient que celui qui en manque la demande à Dieu sans douter.


 C- Interprétation

Genèse 15 :1-6. Abram, père élevé, devenu Abraham père d’une multitude, l’ami de Dieu et père des croyants, celui en qui, selon la promesse de Dieu, toutes les familles de la terre seront bénies (Genèse 12 :3) revient d’une expédition où il vainquit plusieurs roi. Sur le chemin de retour, il rencontre Melchisédek qui le bénit et à qui il donne la dîme de tout (Genèse 14 :17-20).

Mais avant et depuis sa rencontre avec Dieu à 75ans, il est resté sans progéniture malgré le ferme engagement de Dieu de faire de lui une grande nation (Gen.12 :2).

Dans ce passage, l’Eternel lui promet deux choses (Verset 1) :

1-      de le protéger contre d’éventuelles velléités de représailles venant des rois vaincus : « Ne crains point ; je suis ton bouclier.

2-     de le récompenser pour sa patience et aussi pour l’acte qu’il venait de poser en donnant la dîme de tout à Melchisédek (Le Christ lui-même apparaissant de façon temporaire sous une forme corporelle avant son incarnation).

Abram se plaint de sa situation et craint qu’Eliezer de Damas, son serviteur le plus ancien, devienne son héritier (Gen.15).

3-     L’Eternel lui renouvelle sa promesse (Versets 4-5). Abram eut confiance, son attente persévérante dans la foi, la confiance, la patience dura 25 ans. La promesse divine s’accomplit. Sara lui donna le fils promis à cent ans.

4-     Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de sa promesse (Nombres 23 :19 ; 2Pierre 3 :9 ; Habacuc 2 :2-3).

5-     Dieu fait preuve de patience avec nous, ne voulant pas que nous périssons (Romains 2 :4 ; 2Pierre 3 :15).

Jacques 1 :1-7. Jacques nous apprend au début de son épitre que, dans notre marche vers Dieu, nous ne pouvons pas nous élever dans la foi sans passer par des épreuves et que dans celles-ci nous devons pouvoir garder notre sérénité et comprendre que c’est notre foi qui est éprouvée. Cela a pour finalité de produire la patience (Versets 1-3).

La patience accomplissant son œuvre nous rend parfaits et accomplis (versets 4).

Quand nous grandissons en sagesse, notre capacité à prendre patience s’accroît. C’est pourquoi, si nous manquons de sagesse – celle qui vient d’en haut bien sûr (Jacq.3 :17) – il nous faut la demander, avec foi, sans douter (verset 5).

Pour les  responsables à divers niveaux de l’Eglise, cette vertu doit être recherchée et cultivée (2Tim.2 :24-26). Il nous exhorte à la patience en nous donnant comme exemples le laboureur qui attend le précieux fruit de la terre ; les prophètes et Job dans la souffrance (Jacq.5 :7-8, 10-11).

Que nous dit Jérémie dans ses lamentations (Lam.3 :25-30).

 
  D- Application
 
1-     Ruth était une femme très aimable qui s’est mise au service de sa belle-mère Naomi. Ruth 1 :16-17.

2-     Marie, bien qu’étant la mère de Jésus, s’est très tôt mise au service de ce dernier et de la communauté dans la plus grande discrétion Jean 2 :5.

3-     Malgré la position qu’occupe une femme dans sa communauté, elle doit toujours être soumise à son mari, à l’instar de la prophétesse Déborah. Juges 4 :4. Elle doit également savoir qu’elle ne doit pas prendre de l’autorité sur l’homme par ses propos Juges 4 :9 ; Timothée 2 :19.

4-     A l’instar d’Anne, la femme chrétienne est aussi appelée à servir le Seigneur dans le jeûne et dans la prière. Elle doit aussi avoir du plaisir à témoigner de Christ à son entourage. C’est une obligation pour tout chrétien. Le constat aujourd’hui est que très peu de femmes s’intéressent à la parole de Dieu. Pour la plupart, elles affectionnent des choses du monde devenant ainsi les maillons faibles de l’Eglise.

5-     Dans les foyers, les écoles, l’Eglise, il faut assurer à la petite fille, l’instruction, l’éducation et la formation qui lui permettront d’assurer un rôle efficient dans la communauté (Eglise et Nation).

 III – CONCLUSION

Lire la suite

 
D’après guide du Prédicateur 2017, Saint Siège Porto-Novo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire