samedi 11 avril 2020

DECRYPTAGE DU THEME DE LA SEMAINE SAINTE 2020

GUIDE DU PREDICATEUR
Période Pascale 2020
 
Thème de la Semaine Sainte :

 
SEUL LE SACRIFICE DE CHRIST EST EFFICACE POUR LE SALUT DE L’HUMANITE.

The death of Jesus is indispensable for our salvation.

 
DECRYPTAGE DU THEME DE LA SEMAINE SAINTE 2020
En ce début de la Semaine Sainte 2020, ayons tous nos regards tournés vers l’Eternel, notre Dieu, celui qui est le Tout-Puissant, l’Omniscient, l’Omniprésent, celui qui est tout, qui peut tout, qui fait tout, et à qui rien ne peut résister. Que toute la gloire soit à lui seul.

Voilà un thème qui dans son libellé et dans sa contexture,  embrasse, on peut dire, toute l’Ecriture. Pour en parler, en des circonstances comme celle-ci, il faut savoir se limiter pour ne pas verser dans un verbiage inutile.

UN SACRIFICE : c’est, ici, une offrande à Dieu ; c’est une immolation de victime. 

Au sens figuré, c’est un renoncement, un abandon volontaire. Dans la Bible et par rapport à Jésus-Christ les deux sens se donnent à la main.

EFFICACE : cet adjectif signifie qui produit son effet, efficient, capable, imparable.

CHRIST : c’est le Fils de Dieu qui vient sauver le monde de la damnation éternelle ; c’est le Messie, le Rédempteur. Jean l’a appelé l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde (Jean 1 – 29).

L’HUMANITE : c’est l’ensemble des hommes et des femmes qui habitent la terre.

L’homme, déchu de sa position du fait de sa désobéissance à Dieu, s’est vu déposséder de la domination sur les œuvres de Dieu (Genèse 1 : 28 ; Psaumes 8 : 4 – 7) et est désormais sujet à la mort physique (Genèse 3 : 17 – 19) et privé de la vie éternelle. (Genèse 3 : 22 – 24). 

Mais dans l’économie de Dieu, l’homme a été créé pour vivre éternellement avec lui en mangeant le fruit de l’arbre de vie. Celui qui s’est déguisé en serpent pour induire l’homme en tentation et pour le pousser à se rebeller contre Dieu, c’est bien sûr Satan, l’adversaire déclaré de Dieu (Esaïe 14 : 12 – 12 – 15 ; Apocalypse 12 : 7 – 12 ),  qui n’a aucun pouvoir pour remettre en cause le plan de Dieu car, quand deux forces opposées sont en présence, c’est en terme de combat qu’elles s’expriment et c’est la plus forte qui finit par s’imposer. “ Je suis l’Eternel, c’est là mon nom ; Et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, ni mon honneur aux idoles. “ Esaïe 42 : 8. “  C’est là ce que l’Eternel déclare à son opposant.

Pour l’homme la nécessité du salut s’impose. L’Eternel le lui promet en Genèse 3 : 15. Oui, la postérité de la femme écrasera la tête de la postérité du serpent mais avant qu’il y arrive cette dernière lui blessera le talon, allusion aux souffrances qu’endurera le Christ au cours et surtout vers la fin de son ministère terrestre et dont certaines sont décrites en (Esaïe 5 : 1-7 ; Puis en Psaumes 22 : 2, 8, 13 – 19).

A dessein, j’ai soustrait ce mot SALUT de la place qui était la sienne dans la rubrique explication des mots.

LE SALUT, qu’est-ce c’est ? C’est l’acte ou l’état de délivrance du mal ou du danger, que ce danger soit physique ou spirituel, temporel ou éternel. Dans le sens où il préserve du danger, le salut peut impliquer la délivrance de la nation, la libération de l’esclavage, le rétablissement d’un malade, ou la guérison d’une maladie, la libération de prison, la protection contre le danger etc.

A ce stade je voudrais me permettre de recommander l’humanité entière au Tout-Puissant, le Miséricordieux, le Compatissant, pour son pardon, afin qu’il préserve le mode entier de cette pandémie qu’est le COVID-19 et accorde la guérison à tous ceux qui sont contaminés et malades et redonne le souffle de vie à ceux qui sont en soins intensifs et qui sont entre la vie et la mort. Seigneur tu es le seul qui a le pouvoir de le faire.  Agis puissamment donc.
Amen     

Nous avons parlé, ci-dessus, du salut dans le sens où il préserve du danger. Dans le Nouveau Testament, c’est l’achèvement du projet du salut de Dieu annoncé dans l’Ancien Testament. Ce projet comprend trois caractéristiques essentielles : 
 
                       1 – un message de salut centré sur un Sauveur ; 

                      2 – un peuple sauvé ; 

                      3 – les moyens du salut.     

LE CENTRE EST EN JESUS-CHRIST, QUI AGIT AU NOM DE DIEU ET EN QUI DIEU OPERE LE SALUT.

Ce Salut promis sera prophétisé par différents prophètes comme Balaam, le vrai-faux prophète en (Nombres 24 : 15 – 19) ; Esaïe, en (Esaïe 7 : 14 – 16 ; 9 : 5 – 6) ;  en Michée, (Michée 5 : 1 – 5 etc.)

Ce salut prophétisé sera annoncé (Luc 1 : 26 – 35), puis accompli en Jésus, lui qui est l’Agneau de Dieu, la victime qui a été immolée afin que son sang puisse nous purifier de nos péchés. Après lui ses disciples, compte-tenu de tout ce qu’ils ont appris de lui, tout ce qu’ils l’ont vu faire, expérimenteront ce salut.

Le schéma pourrait se présenter ainsi qu’il suit :

Salut promis ------prophétisé--------annoncé---------accompli--------expérimenté.

Pour sauver les Israélites du joug de l’esclavage en Egypte, l’Eternel prescrit à Moïse, de recommander aux Juifs ce qu’il convient de faire : IMMOLER UN AGNEAU SANS DEFAUT dont le sang, appliqué sur les deux poteaux et sur le linteau des portes de leurs maisons mettra à l’abri les premiers nés des Juifs.     “ Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez. JE VERRAI LE SANG, ET JE PASSERAI PAR-DESSUS vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise quand je frapperai le Pays d’Egypte. “ Exode 12 : 13 ; lire aussi les versets 21 à 23. 

Par rapport à l’agneau sans défaut,  l’auteur du livre d’Hébreux explique : “ Il nous convenait, en effet, d’avoir un souverain sacrificateur comme lui (Jésus), SAINT, INNOCENT, SANS TACHE, SEPARE DES PECHEURS, et PLUS ELEVE QUE LES CIEUX, qui n’ pas besoin comme les souverains sacrificateurs, d’offrir chaque jour des sacrifices, d’abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, car ceci, il l’a fait une fois pour toutes EN S’OFFRANT LUI-MEME.  Hébreux  7 : 26 -27. “ (C’est ici l’idée d’EFFICACITE et de SACRIFICE).

En ce qui concerne LE SANG (la rançon qui est le prix payé pour le rachat), le même livre dit “Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et SANS EFFUSION DE SANG, IL N’Y A PAS DE PARDON… “ Hébreux 9 : 22 et 23. C’est pourquoi le sacrifice du Christ est plus excellent. L’idée d’EFFICACITE transparaît ici encore.

Tout ceci explique le thème :

SEUL LE SACRIFICE DU CHRIST EST EFFICACE POUR LE SALUT DE l’HUMANITE.

Jésus, l’Agneau de Dieu, comme une victime expiatoire, (lire le chapitre 4 du livre de Lévitique du 1er verset au 7e pour comprendre les sacrifices d’expiation) a accepté de verset son sang pour sauver l’humanité.

N B : Seules les souffrances de la croix avait une portée expiatoire : c’est durant les trois heures de ténèbres, au moment où Dieu a chargé Christ des péchés du monde, que l’expiation a eu lieu.

Oui, je l’ai dit tout au début, je suis obligé de me limiter puisque ce n’est qu’un décryptage. Je suis dans l’insatisfaction de n’avoir pas tout dit et je ne le pouvais même pas compte-tenu de la densité du thème.

En guise de conclusion, retenez ceci que vous apprendrez par cœur si vous le désirez :     

1 – Les êtres humains sont sauvés de quelque chose : DE L’ESCLAVAGE DU PECHE ; 

2 - Ils sont rachetés par quelque chose : LE SANG DU CHRIST (LA RANCON). (Mathieu 20-28 ; Marc 10 : 45 ; Actes 20 : 28).

3 – Ils sont rachetés pour quelque chose : POUR ETRE LIBRES. Une fois libérés, ils sont invités à se rendre esclaves du Seigneur qui les a sauvés. (1 Corinthiens 7 : 21- 23 ; Romains 6 : 18 – 22).

Merci de m’avoir lu. Tous, ensemble, nous sommes unis à Christ dans sa parole.

Pasteur Achille  KOUKPAKI, le 7 avril 2020.


JOYEUSES  PAQUES
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire